Manifestations, grèves…: les tensions sociales ne manquent pas à Paris depuis plus d’un an. Et pourtant, la ville n’a jamais autant attiré la clientèle fortunée internationale.

Qui l’eût cru! C’est dans un contexte de forte crise sociale que Paris décroche le titre de ville la plus attractive pour les plus grandes fortunes du monde (dont le patrimoine est supérieur à un million de dollars, soit 900.000 euros), décerné par le réseau immobilier de luxe Barnes. Un sacré paradoxe!

Et ce d’autant plus que cette catégorie de population (au nombre de 265.000 dans le monde) est connue pour être très soucieuse du climat dans lequel elle vit. C’est notamment le cas des Américains qui représentent la moitié des ventes de plus de 1,5 million d’euros réalisées par des étrangers à Paris (chiffres de Barnes). «Tant que le gouvernement et les médias ne relaient pas massivement ces tensions outre-Atlantique, les Américains restent très attachés à la France et à Paris en particulier, explique Jean-Christophe Thouait, CEO de Barnes États-Unis. Ils apprécient l’“esprit village” car ils sont curieux de connaître l’histoire du quartier où ils vont résider».

Malgré la crise des gilets jaunes et la grève des transports, la Ville lumière, qui a gagné 4 places en un an, a réussi à devancer New York, Tokyo, Los Angeles ou encore Hong Kong. «Paris a profité du Brexit, des taux bas mais aussi de sa bonne santé économique, explique Thibault de Saint-Vincent, président de Barnes. La ville fait figure d’exception mondiale avec une quatrième année consécutive de hausse des transactions et des prix».

Preuve de la forte attractivité de Paris, Barnes n’a jamais autant vendu de biens immobiliers en moins de 72 heures: 191 en 2019 contre 152 en 2018. Des appartements familiaux que le grand public ne voit pas passer parce que dès l’agence décroche le mandat, l’opération se réalise au bout de la «deuxième ou troisième visite». «Les biens sur lesquels nous ne communiquons jamais représentent un tiers de notre portefeuille, précise Richard Tzipine, directeur général de Barnes. Nous sommes obligés de faire des tirages au sort pour les visites, pour éviter de nous marcher sur les pieds». C’est le cas notamment d’un 91 m² situé à Châtelet (1er) vendu en 24 heures 1,17 million d’euros (près de 13.000 euros le m²).

Le grand perdant du classement n’est autre que Hong-Kong qui a échangé sa première place avec la 5e de Paris. La faute à une crise sociale majeure. «Cette crise sociale est sans précédent, témoigne un riche entrepreneur installé entre autres depuis 30 ans à Hong Kong. Les Chinois de Chine ne consomment plus dans les magasins qui ont vu leurs ventes s’effondrer de 80% cette année. Ils vendent en masse leur logement: les prix de l’immobilier ont chuté de 20% ces six derniers mois et baisseront de 10% à 15% ces dix prochains mois».

Malgré le Brexit, Londres se maintient à la 6e place. La ville devrait réintégrer le top 5 l’an prochain, selon Barnes qui s’attend à une reprise. «Nous constatons un vrai attentisme de la part des acheteurs, explique Chloé Rullaud, manager Barnes Londres. Les volumes ont beaucoup ralenti ces trois dernières années mais les prix n’ont pas tant baissé que cela». Une maison familiale entièrement rénovée de 190 m², situé à Chelsea (ouest de Londres), a ainsi été cédée par un Libanais à un Turc près de 24.500 euros le m².

À noter enfin la présence dans le top 10 de deux autres villes européennes qui ne sont ni Amsterdam ni Berlin mais Lisbonne (9e) et Madrid (10e). Un résultat pour le moins inattendu quand on se souvient de la situation économique et financière de ces deux pays il y a dix ans. Lisbonne profite, entre autres, de sa nouvelle attractivité fiscale – «70% du vieux Lisbonne est aux mains de clients internationaux», souligne Thibault de Saint-Vincent – et Madrid attire de riches Sud-Américains «qui investissent d’abord en Floride puis en Espagne ou se trouvent un ancêtre espagnol et prennent la nationalité espagnole».

Source le Figaro

Articles similaires

Écrire une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.