Un couple d’Américains qui avait investi 5 millions de dollars pour rénover cette bâtisse du Haut-Anjou jette l’éponge après le retour d’un projet controversé.

En 2016, le château de Falloux faisait peine à voir et n’avait de château que le nom. Après y avoir investi près de 5 millions de dollars, William et David O’Neil, un couple de Californiens lui ont redonné ses lettres de noblesse en faisant travailler des entreprises locales. À en croire les propos rapportés par le quotidien Ouest-France, les deux hommes se sont lancé le défi de restaurer cette bâtisse du XVIIIe-XIXe siècle après avoir passé un accord avec la commune du Bourg d’Iré où se trouve le château. Les travaux ne se feront que si un projet d’implantation d’éoliennes géantes dans les cartons depuis de longs mois est abandonné.

Mais plus de trois ans après, la donne a radicalement changé. Non seulement les éoliennes ont réapparu mais elles sont désormais au nombre de quatre, au lieu des trois prévues initialement. Elles mesurent toujours 150 mètres de haut et devraient rester visibles en arrière-plan du château même si elles sont situées à près de trois kilomètres. Et pour ne rien arranger, depuis 2017, la commune du Bourg d’Iré n’est plus qu’une commune déléguée (avec 14 autres) au sein de la commune nouvelle de Segré-en-Anjou bleu.

«Perdre des millions»

«Nous ne sentons pas le soutien de la nouvelle municipalité, peste David O’Neil, cité par Ouest-France. Elle ne respecte pas le vote de 2016.» Depuis sa restauration, l’imposante bâtisse accueille divers événements et manifestations. Une agence chinoise se serait notamment montrée intéressée pour y accueillir des mariages. Mais depuis qu’ils s’estiment trahis par les autorités françaises, les propriétaires américains n’ont plus le goût de se battre et ont mis l’édifice en vente pour 3,5 millions d’euros. Ils savent bien qu’avec ce projet de parc éolien, les investisseurs seront échaudés et les propriétaires se préparent à «perdre des millions». Un acheteur allemand s’est intéressé au château mais rien n’a été finalisé pour l’instant.
Alors que le couple d’Américains se prépare à rentrer au pays, plusieurs associations locales se battent contre le projet d’éoliennes. C’est le cas de «Vivre au Bourg d’Iré» qui appelle sur sa page Facebook à préserver «la carte postale pittoresque de notre village, car elle est notre identité territoriale et en marketing elle vaut son pesant d’or!» De son côté, l’association Bien vivre en Anjou ABVEA Méthanisation, éolien et autres appelle à la mobilisation en rappelant des propos de Stéphane Bern opposé à la multiplication des éoliennes: «Les Français n’en peuvent plus de voir leurs paysages défigurés! Veut-on devenir un pays laid?»

Source le Figaro

Articles similaires

Écrire une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.